Remplacer la voiture par le vélo, pourquoi pas vous?

with Un commentaire

Comment je me suis mise au vélo

Pour celles qui me suivent sur Instagram et regardent mes stories vous avez du remarquer que j’ai passé quelques mois, en plein hiver (…) sans voiture. Un soir en rentrant chez moi ma voiture a décidé de s’arrêter en plein milieu de la route… et c’était le début de la galère! Le garage m’a gentiment annoncé que les réparations coutaient plus cher que la voiture et que ça ne valait pas le coup, qu’il fallait m’en séparer et en acheter une autre… rien que ça! Bref, me voila à pieds, l’hiver le plus pluvieux qu’on ai eu depuis des années (…), et complètement frustrée. Bien sur je voulais me racheter une voiture, mais j’avoue ne pas m’être trop pressée non plus, j’étais un peu dégoutée par tout ça et la perspective de dépenser mon argent dans une voiture ne me réjouissait vraiment pas, adieu les voyages et la nouvelle planche pour cette année. MAIS après quelques jours semaines à ruminer mon malheur j’ai bien du me débrouiller et continuer à me déplacer. Et petit à petit j’ai commencé à voir les choses différemment, à me rendre compte que je n’avais pas autant besoin d’une voiture que ce que je pensais et qu’il y avait des bons coté à m’être retrouver à pieds. J’ai par exemple découvert le réseau de transports en commun autour de Biarritz et j’ai été surprise de voir qu’il était très complet et qu’on pouvait aller presque partout en bus, j’ai même découvert des quartiers magnifiques dont je ne soupçonnais pas l’existence. Puis j’ai acheté un vélo de route, je ne trouvais pas de voiture et je n’étais pas encore décidée dans ma tête à dire adieu à mes économies et à mes projets, j’ai donc trouvé une solution alternative, le VÉLO! Du centre ville de Biarritz à mon bureau à Anglet il y a environ 7-8km, dont les 3/4 sont de la piste cyclable en bord de mer (avec un sacré montée quand même, il faut bien un petit point négatif), et j’ai découvert le bonheur d’aller bosser en vélo!

Les avantages
  • L’Environnement

Se déplacer en vélo est évidement super éco-friendly, votre vélo fonctionne au carburant humain, aka nos jambes, et donc ne pollue pas (au-delà de sa production), contrairement aux voitures qui sont une très grosse source de pollution et de sur-consommation des ressources (pétrole), en transport en commun c’est déjà un peu mieux mais on est soumis aux horaires des bus/tram et les trajets même de petite distance prennent parfois un temps fou! Avec une bonne paire de jambes votre vélo vous mènera ou vous voulez avec un bilan carbone quasi neutre!

  • L’activité physique

En parlant de jambes, se déplacer en vélo permet de faire du sport sans s’en rendre compte, ou presque! Quand on prend son vélo pour aller d’un point A à un point B on ne se dit pas qu’on va faire 1h de cardio, pourtant on fait bien du sport, surtout quand il y a un petit dénivelé (à Biarritz vous serrez servi!), tout le corps est sollicité, les jambes bien sur, mais aussi les abdos, le dos, le souffle et le coeur. Les premiers trajets, si comme moi vous n’avez pas l’habitude de faire du vélo souvent, vous allez surement cracher un peu vos poumons dans les montées et finir votre trajet en sueur, surtout si vous êtes trop couvert (erreur de débutante, le vélo ça donne chaud!), mais à force ça devient plus facile, les courbatures et le mal aux fesses de la selle passent et c’est juste un plaisir d’enfourcher le vélo le matin!

  • Le sentiment de liberté

Ce que je préfère par dessous tout en vélo c’est de me retrouver avec moi-même, sans téléphone, sans ordinateur, pour un petit moment. Je retrouve sur mon vélo ce sentiment de liberté et de bien-être qui m’a fait aimé le surf et la course à pieds. Ça fait un bien fou de prendre un moment pour soi sans aucune distraction et de s’aérer le cerveau, à vélo on a le temps d’apprécier la route et le paysage beaucoup plus qu’en voiture, de laisser ses pensées divaguer et finalement de ne penser à rien. C’est comme une petite aventure, même avec une grosse journée de travail devant moi je suis contente de partir travailler parce que j’ai ma petite escapade à vélo à travers la ville, c’est aussi très libérateur le soir, ça permet de se vider la tête, de laisser le travail au bureau et de vraiment déconnecter.

En résumé le vélo a tout bon! Il ne pollue pas, te fait faire du sport et donc améliore ta condition physique et ta santé, et te permet de t’accorder un petit moment pour toi et de profiter du trajet pour te vider la tête et respirer, ça vaut le coup d’essayer et de mettre la voiture de coté de temps en temps, non? Mais avant de partir conquérir le monde sur ton vélo, faisons un point équipement et sécurité pour garantir une expérience optimale et éviter les galères!

Équipement et sécurité
  • Vélo

Au début mon but était de trouver un vieux vélo de course d’occasion et de le retaper un peu, mais après quelques semaines de recherche j’ai réalisé que trouver un cadre à ma taille n’était pas si simple, il y a des dizaines de vélo de route d’occasion sur le bon coin, mais la plupart sont des vélos pour homme bien trop grand pour moi. J’ai commencé à regarder les vélos de course neuf et j’ai halluciné sur les prix, certains coutent plusieurs milliers d’euros! Après quelques recherches sur internet j’ai fini sur le site de Décathlon qui propose des supers vélos à des prix abordables, j’ai trouvé un vélo à ma taille, qui correspondait à ce que cherchais et qui était en promo, et voila je me suis retrouvée avec un vélo tout neuf, prêt à manger du bitume! Si par chance vous trouvez un vélo d’occasion à votre taille c’est surement la meilleure option, mais sinon Décathlon est une bonne solution pour ne pas se ruiner dans un vélo.

  • Tenue du cycliste

Pour ma part je ne fais pas du vélo de façon sportive mais simplement pour me déplacer, donc je ne m’habille pas avec la tenue complète du cycliste mais simplement avec mes vêtements de tous les jours, en privilégiant des matières confortables et respirantes (fibre naturelle et pas synthétique), avec toujours des baskets aux pieds, un tour de cou et une paire de gants si il fait froid. En hiver, pensez à bien vous couvrir les mains et les pieds, qui se retrouvent congelés en quelques minutes sur le vélo alors que le reste du corps vous aurez plutôt chaud et il n’est pas nécessaire de se couvrir de trop.

  • Kit de secours

Le kit de secours contient tout ce dont vous avez besoin pour pouvoir repartir en cas de problème type crevaison, déraillement, etc. Voici une liste non exhaustive des indispensables à avoir dans votre sac à dos quand vous partez en vélo :

– Pompe à main

– Démontes pneus

– Chambre à air de rechange

– Rustines

– Lampe de poche ou frontale

– Gilet jaune

  • Sécurité

Le vélo c’est super fun mais c’est aussi dangereux, sur les pistes cyclables on se sent à peu près à l’abri mais c’est rare de ne circuler que sur piste et on est souvent amené à aller sur la route au milieu des voitures, les bases de la sécurité consiste donc à VOIR et ÊTRE VU! Cela commence par le vélo qui doit être équipé de bons freins et d’un système d’éclairage suffisant ainsi que d’éléments réfléchissants. Si vous roulez de nuit n’hésitez pas à y aller fort sur les lumières et éléments réfléchissants, on en colle sur le casque, sur le sac à dos, voir on enfile son gilet jaune et tant pis pour le style, l’essentiel est que les voitures puissent nous voir du plus loin possible. Et enfin, on met un casque! Que vous rouliez sur la route ou sur piste cyclable, le casque est votre seule protection en cas de chute. Je sais que l’esthétique pas toujours top des casques de vélo peut en rebuter certaines, mais en cherchant un peu on peut en trouver des vraiment cools! J’ai craqué pour un casque de la marque californienne Thousands, une marque fondée par une jeune américaine qui voulait un casque qu’on aurait vraiment envie de porter, pour réconcilier sécurité et style, et c’est une réussite, j’adore mon casque!

À vos vélos, profitez bien du printemps ;)

*

Photo : Lucie Flayols @luciefl

Une réponse

  1. Françoise Daverat
    | Répondre

    Bonjour,
    bravo pour votre blog qui donne enfin une image positive du surf féminin !
    je suis une « vieille » surfeuse de 43 ans et ça fait 23 ans que je surfe, et jusqu’à présent, je ne trouvais pas de média qui représente le surf féminin que je connais, c’est à dire une vraie passion du surf, de la mer, de la nature, un prolongement de cette passion avec un réel engagement environnemental
    je suis moi même chercheur en écologie, surfeuse passionnée, yogi et je me reconnais dans votre blog
    merci donc pour votre initiative !
    Françoise

Répondre

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.